Mont Dore - Initiation Cascade de Glace

, par  Pierre Eric Monteiller

Un compte-rendu un peu tardif sur cette initiation cascade de glace, mais votre reporter avait été envoyé sur un autre évènement en Autriche.
Non, je n’étais pas à Gastein pour la compétition sur glace, mais un peu plus loin à Sankt-Johann im Pongau pour le baptême de ma nièce.

Je vais donc relater cette journée pleines d’émotions et de chaleur (humaine bien sûre) dans les contrées d’Auvergne.

La semaine précédente avait permis à tous de se mettre en conditions pour cette journée d’initiation. Cette année, personne n’a eu besoin de dormir dans son frigo pour s’habituer au froid. La température extérieure (environ -10°C) d’un vrai hiver, nous laissait présager d’une journée longue et douloureuse, à combattre les doigts et les orteils gelés, ainsi que toutes autres parties ayant pu se trouver malencontreusement en contact avec l’extérieur.

C’est donc avec beaucoup de précautions que tout le monde s’était équipé en conséquences, malgré tout lors de mon arrivée sur le parking du gymnase Dubruc vers 6h30, Pierre, Pascal S., Rémy et Frédéric m’attendent bien au chaud dans le 4x4 de Philippe.

Nous prenons l’autoroute à Montrond-les-Bains où nous récupérons Etienne et Michel, puis un petit crochet à la sortie Feurs pour récupérer Philippe B. Notre chemin se poursuit sans encombre même si nous décidons de passer par le col de Guéry pour rejoindre la station du Mont-Dore, route un peu moins dégagée que les grands axes.

A l’heure au rendez-vous, Francois LESCA, notre guide nous attend, comme convenu il a récupéré le matériel nécessaire à la cascade de glace (crampons et chaussures). Tout le monde se prépare et s’empresse d’enfiler chaussures et vêtements chauds dans une bise sibérienne. La marche d’approche n’est pas très longue 30 minutes mais la pente avalée, permettra à tous d’arriver réchauffés, aux pieds des deux cascades sous le Cuzeau.

Après avoir installé les cordes et purgé les épées qui pendaient au dessus de nos têtes, notre guide nous a montré le maniement des piolets et des crampons, c’est alors à tour de rôle que nous avons pu mettre nos avant bras à rude épreuve.

Entre temps, Pascal M., Aurélien et Nicolas nous ont rejoints pour eux aussi profiter pleinement du froid hivernal.

Nous avons pu également, apprendre à confectionner une relais en glace (Abalakov pour les intimes) et tester sa solidité, étant soit disant le plus lourd c’est moi qui ait servi de cobaye.

Fort de cette expérience, Etienne et moi avons pu remonter deux ressauts du ruisseau proche des cascades, enfin en tête.

Il était déjà l’heure pour nous tous de rentrer, après 8 heures passées dans le froid.