Mont Dore Y Cimes 2015

, par  Rémy Morel

Trois cafiste se retrouvent de nouveau peu après 6h sur le parking de gymnase. Il neige déjà sur les hauteurs.
Nous nous dirigeons donc pour le Mont Dore. La fin du parcours est ralenti par la neige et le décor à déjà bien changé depuis la semaine dernière.
Nous retrouvons le chalet du Sancy pour l’accueil. Eric et PEM se dirigent vers les ateliers du secteur du Cuzeau, tandis qu’en ce qui me concerne, je pars pour le ski de randonnée.
Je me retrouve seul avec mes deux guides. Le premier est adhérent au club de ski local et nous avions déjà eu l’occasion de skier ensemble l’année dernière, le second guide rencontré la semaine dernière en est à 26 000m de dénivelé depuis le début de la saison ! Cela promet ! Deux participants nous retrouvent juste avant notre départ et nous allons faire la trace sur le secteur des Chaumets pendant qu’ils s’équipent. Nous les retrouvons dans la descente. Puis nous remettons les peaux pour les rattraper en haut des Chaumets : 150m de dénivelé en 9 minutes… Après notre descente dans une neige agréable, nous prenons la direction de la « Mathusalem ». Nous nous échappons avec Christophe dans la montée et descendons la pente supérieure à la piste des Chaumets pour rejoindre nos skieurs en bas de la piste. Il est temps de retourner au chalet pour manger un peu.
Nous repartons dans un petit couloir en bas de la station car les conditions de neige sont un peu dangereuses malgré les déclenchements de coulée par les pisteurs. J’apprends donc à faire la trace dans une pente raide et fraiche. Nous retrouvons en haut notre second guide et un ami local. La descente fait déjà mal aux jambes. Puis nous prenons la direction du sommet en bord de piste. La montée est rapide et se termine dans un vent qui m’oblige à regarder le bout de mes skis. Nous arrivons au sommet du couloir situé à côté de la cascade de la Dore. Nous avons pu observer du bas ce couloir et l’absence de pente supérieure nous permet d’envisager sa descente. Une belle descente dans une neige tout aussi agréable et une pente bien sympathique. Nous terminons notre journée par une nouvelle montée de la « Mathu » et la descente vers les Chaumets pour rejoindre le chalet du CAF.
Je retrouve Eric et PEM au chalet. On se raconte notre journée autour d’une bière et d’un thé. La neige n’a pas cessé de tombé toute la journée. Une fois arrivé au gite nous devons user des pelles pour pouvoir se garer et aidé quelques personnes en difficultés. Ensuite nous nous rendons à pied au gymnase pour le repas et notamment une présentation d’Antoine Cayrol qui est revenu de l’expédition qu’il nous avait présenté l’année dernière.
Après la nuit nous jouons de nouveau avec les pelles pour cette fois pouvoir sortir du parking. Nous arrivons au chalet avec une odeur de liquide de refroidissement inquiétante. Après une petite recherche je me rends compte que la veille lorsque que nous nous sommes garé sur le parking de la glace a démontée une durite inférieure du circuit de refroidissement. C’est donc parti pour une petite séance de mécanique couché dans la neige avec une buche de bois en guise de chandelle… Nous sommes ensuite allés au garage de la station pour acheter du liquide de refroidissement. Après une purge fastidieuse du circuit nous pouvons rejoindre le secteur du Capucin.
Nous arrivons au sommet du Capucin dans une ambiance magique créée par la quantité de neige le long de notre parcours. Nous apprécions tout particulièrement ces paysages. Car après nos mésaventures le seul fait d’être ici nous satisfait, même si nous ne pouvons pas participer aux ateliers.
Je souhaite remercier les organisateurs et l’ensemble des encadrants pour leur bonne humeur et la sympathie qui règne durant ces deux journées. Et puis à mes deux compagnons pour ces bons moments.