Ski en autonomie dans les Monts du Forez

, par  Rémy Morel

C’est une sortie dont l’idée a germé dans nos têtes depuis plusieurs années. Cette idée de partir durant l’hiver en autonomie sans tente. Nous en avions parlé à plusieurs reprises, l’idée avait fait son chemin dans nos esprits. J’avais repéré depuis un moment un endroit de bivouac propice, où la neige s’accumule en quantité.

Ce weekend nous étions seulement deux cafistes à réaliser une tentative de bivouac dans une grotte de neige. Une sortie que l’on peut résumer avec trois mots envie, aventure et partage.

Ce fut donc tout d’abord une envie. C’est pourquoi après être monté à pied de la maison, mais sans le matériel, je retrouve Julien à la station qui descend du TIL. Nous partons avec tout le matériel pour le monter près de notre lieu de bivouac.

JPEG

Peu après notre départ un chien divague et nous suit sans que nous prêtions une réelle attention.

JPEG

Nous prenons notre temps dans cette montée au travers de la forêt et dans l’épaisse couche de neige. Une fois arrivés à destination, nous utilisons une première fois nos pelles pour cacher le matériel sous la neige. Nous en profitons pour nous restaurer. Ensuite, c’est plus léger que nous repartons en direction du Col du Béal. Durant notre trajet les éclaircies sont de plus en plus fréquentes . Elles nous font le plaisir de dévoiler un paysage tout de blanc immaculé.

JPEG

Nous retrouvons un peu la civilisation à l’auberge du col. Le chien nous suit toujours et nous accompagne. Puis nous nous dirigeons en direction du Col de la Chamboite. Durant notre randonnée nous découvrons que nous ne sommes pas les seuls à bivouaquer ce soir. C’est ainsi que nous rencontrons deux personnes avec une pulka qui projettent de dormir dans une tente. Nous échangeons quelques mots sur nos intentions et repartons. Une fois de retour près de notre matériel, nous le déneigeons et prenons la direction de la congère précédemment repérée.

Alors l’aventure commence réellement, nous mettons en pratique la théorie révisée durant la semaine. Nous nous lançons dans la réalisation de notre grotte de neige. Je creuse et Julien déblaie.

JPEGJPEG

J’ai l’impression de creuser dans une énorme meringue. La neige est consistante et nous rassure, mais désormais elle tombe également de manière conséquente et recouvre le matériel. Après plus d’une heure, Julien assure l’importante finition du toit pour que l’eau ne nous coule pas dessus durant la nuit.

JPEG

Nous nous réfugions alors dans la grotte et réalisons alors les propriétés isolantes de la neige. Le chien est encore là, la neige le recouvre et il grelotte. Alors nous décidons de lui faire une petite place dans la grotte… Après le repas nous nous endormons paisiblement dans le silence offert par notre refuge de neige.

JPEG

Nous nous levons tôt car notre objectif est de rejoindre Julie au télésiège de la station. Le réchaud a eu plus froid que nous dans la nuit et rechigne à faire fondre la neige. Malgré tout nous parvenons à boire un thé tiède sous la neige qui tombe de nouveau. Le temps est gris et nous a privé d’un levé de soleil. Le matériel est plié et nous nous mettons en route dans le brouillard et le vent pour rejoindre la station.
Nous laissons le matériel et prenons le pari de nous diriger en direction de la Richarde malgré le temps désagréable. Nous arrivons près de Pierre sur Haute sans voir les radars car la visibilité est réduite. Dans le brouillard nous retrouvons les deux personnes rencontrés la veille. Nous nous racontons nos nuits puis prenons ensemble le GR.

JPEG

Julie a porté du thé chaud et des madeleines qui nous réconfortent. Nous continuons, la luminosité se révèle par moment dans un jeu du soleil et des nuages poussés par le vent. Le éclaircies se font de plus importantes et rapprochées. Le paysage se dévoile, nous pouvons voir les burons de la Richarde et du Fossat, les rochers de la Pause… Le pari s’avère payant. Nous arrivons à la Richarde et nous nous abritons grâce à un buron. Le soleil nous réchauffe. Le temps est maintenant clair.

JPEG

Nous faisons le chemin retour en profitant de ces paysages et du plaisir de les partager. Nous récupérons notre matériel et terminons en nous retrouvant autour d’un verre à la station.
Je remercie Julien pour m’avoir suivi dans cette petite aventure près de chez nous. Julie et Julien pour leurs sympathie.
Ce fut des bons moments…

Brèves Toutes les brèves