Rando Alpine. Balcon de l’Oberland

, par  Pascal Poulard

Les balcons de l’Oberland

Du 14 au 19 aout 2016 : nombre de participants 7 : (Jean K, Pierre T, Chantal M, Estelle P, Thibault et Baptiste L et Papy P)
Départ à 6h de Montbrison arrivée à Lenk (sur Suisse) après 7 heures de route. Après un petit casse croute nous attaquons la montée raide du col d’Hahnenmoospass (1956 mt), sous un soleil de plomb et des sacs encore trop lourds 14kg environ.
Puis redescente très longue sur Adelboden ou nous arrivons vers 18h30’ nous obligeant à bivouaquer avant le village.
Installation du campement, puis soupe + liofal, fourme. Puis des "bananes flambées au rhum arrangé" si si, préparé avec amour par les frères LARRUE. Après cette dégustation inattendue, automatiquement nous les acceptons dans le cercle très fermé des Cafeux, même que le plus grand bénéficie déjà d’un certain privilège... dont nous ne dévoilerons "que-chie".

Lundi 15 août :

Après un bon petit déjeuner nous redémarrons vers 8h pour arriver à Adelboden à 9h ou nous faisons quelques courses. Puis de nouveau une belle montée jusqu’au col de Bunderspitz. Petit casse croute, sieste et longue descente sur Kandersteg.
Lorsque, voulant prendre une "variante" le papy se trouve au bord d’une falaise d’environ 600mt équipée en via ferrata "style bandzia". Munis de gros sacs à dos et d’aucune cordes nous décidons de remonter un peu et à l’unanimité de rejoindre
la vallée en téléphérique. Un peu de pluie à l’arrivée, et une petite bière pour nous reprendre heureusement nous trouvons un camping avec salle à manger abritée, grand confort. Après un bon liofal à l’aligot et quelques pommes flambées plus tard, nous allons tous rejoindre les bras de Morphée (non ! pas tous...).

Mardi 16 août :

Encore une bonne bambée pour cette montée jusqu’au lac de Oeschinensee, étape idyllique pour la baignade lancée par Jean dans le plus simple appareil, aussitôt suivi d’Estelle juste un peu couverte... Pendant ce temps les frères Castor* grignotent
ce qu’ils découvrent au fond de leurs sacs à dos. Nous reprenons le sentier direction le col de Hohtürli (2778mt) pour redescendre dans une belle prairie sur Griesalp. Mais un orage s’invite, heureusement nous découvrons une petite grotte afin de nous abriter un peu. Après une accalmie de courte durée, nous arrivons à la bergerie AlpGamchi ou nous demandons à la bergère s’il est possible de s’installer pour la nuit dans la salle de traite des chèvres (pourquoi pas ?). Pas possible mais cette charmante dame nous propose de squatter une bergerie proche à partager avec chèvres et vaches, mais séparée quand même d’une palissade en bois.
Nous en profitons pour nous ravitailler en saucisson, lait, fromage, pain et même une bonne bouteille de vin. Très bonne soirée à l’abri, sur un lit de paille.
* définition des Castors : surnom donné aux frères Larrue car ils n’arrêtent pas de grignoter à toute heure, sortant de leurs sacs sans fond des victuailles de toutes sortes. Le savoir vivre et manger, un plaisir qu’ils connaissent depuis tout petit...

Mercredi 17 août :

Départ 8h et oui. Un petit arrêt à la bergerie pour un petit café et remercier ces braves gens. La pluie est de retour mais n’entame pas notre élan pour monter (encore) en direction du col Sefinenfurgge (2612mt) puis descente via le gîte de Rotstockhütte arrêt casse croute avec vue sur la Jungfrau (4158 mùt) et le Mönch (4107mt). On goutte les "rosties liofilisés" très bons.
Puis petite sieste et nous voila repartis jusqu’à Stechelberg au camping "Rüti". Bonne douche, première lessive et manger.

Jeudi 18 août :

Nous remontons vers les chutes de Trümmelbach, sentier très raide dans les bois. Un peu plus loin nous loupons la balise et nous engageons sur une fausse route. Après avoir tourné un peu nous retrouvons notre chemin, avec au bout de celui-ci
notre Estelle. Devancée par les castors elle a fait marche arrière sans retrouver "les anciens". Commençant à s’inquiéter elle nous a tous "sauté" au cou. Ce n’est que plus loin que nous avons retrouvé "les frères cueilleurs de bolets", qu’ils nous ont préparé ce midi même dans la bergerie de la Mettla qui nous a tendu les bras, portes ouvertes, après une bonne heure sous la pluie. Alors là super, tables, chaises, gros casse croute, bolets. Mais vers 14h un 4X4 les proprios qui nous font signe de déguerpir au plus vite.
La pluie s’étant calmée nous arrivons à la gare du train à crémaillère de Eigergletscher (2320mt). Ce train peut vous monter jusqu’au point 3454mt au pied de la Jungfrau par un tunnel passant sous la montagne de l’Eiger (3970mt). De là nous prenons le fameux sentier de l’Eigertrail longeant à flan de montagne l’Eiger que nous apercevons par intermittence car il est pris dans les nuages. Longue, très
longue descente jusqu’au camping de "l’Eiger face Nord" à Grindelwald arrivée de notre périple. Après un bon décrassage de la carcasse nous optons pour un petit resto bien mérité. Un 1/2 poulet + rosties accompagnés d’une paire de bière et nous voilà prêts à continuer jusqu’en Autriche...
Mais ce sera pour une prochaine fois.
La pluie nous bercera toute la nuit. Le lendemain retour d’abord par le train puis nous récupérons nos véhicules pour un retour dans le Forez. La route fut plus longue que prévue car un certain copilote a oublié de me dire de tourner... pas de nom.
Total + de 6000 mt de dénivelé positif pour 43 heures de marche. Soit une moyenne de + 1200 mt/jour et 8h30’/jour.
Papy Poulardos.