Ski rando nordique Les Estables

, par  Pascal Poulard

Le 23 janvier 2017 sous un beau soleil et une jolie couche de neige, de la Plaine du Forez au confins des monts d’Auvergne, nous partons (Bernard B, Gérard B, Jean K et le Papy) pour un long week end de 4 jours en semaine, direction la station des Estables.

Le premier jour :

Arrivé vers 11h, après un petit casse croute nous partons direction le Rocher Tourte (1535 mt) avec ascension (ski au pied) du sommet. Redescente obligée à pied puis par une longue boucle en direction de la ferme de Gandoulet nous regagnons les Estable. Non sans une petite halte au bar des Cévennes nous arrivons au gîte Le Chalet d’Ambre chez la sympathique et bonne cuisinière Andréa. Très bon accueil et bonne table bio.

Mardi :

Encore le beau temps mais avec beaucoup de vent frais (- 10° environ), nous entamons l’ascension du Mont d’Alambre (1691 mt) par la piste rouge. Arrivé au sommet nous ne trainons pas car le vent est très fort, nous redescendons par la piste verte puis piste de fond côté nord ouest jusqu’à La Grosse Roche (petite halte casse croute sous les sapins) puis d’abord à travers "les piales" nous rejoignons le GR 73 et faisons le tour du Mont Mézenc. Arrivée aux Estables après + de 6h de ski, qu’elle est pas notre déception que de voir le bar des Cévennes... fermé.

Mercredi :

Attention grosse journée en direction de Sagnes et Goudoulet. Le temps est couvert, le vent fort et glacial, mais pas assez pour entamer le moral des vieux briscards que nous sommes. Après quelques variantes à la Gérard à travers les sculptures époustouflantes que la burle et la neige ont taillé dans les sous bois, nous arrivons à Fonteysse (ferme habitée la plus haute du Massif Central, 1469 mt) ou loge le fameux Bison qui fabrique de la bière et de la viande de bisons séchés. Mais personne dans la demeure, il n’y avait que ses chèvres et sa jument. Nous continuons donc notre chemin, la neige tombe maintenant en abondance. Un café est ouvert à St Eulalie alors nous en profitons pour boire un petit café et nous réchauffer un peu, pour enfin arriver à Sagnes vers 17h. Après une bonne bière, une bonne douche et un sérieux repas de randonneur, nous regagnons nos pénates pour une nuit bien méritée. 23 km, 8h de ski.

Jeudi :

Près à repartir dans l’autre sens malgré les quelques 40 cm de neige tombés dans la nuit, nous dégageons la voiture d’une infirmière en situation périlleuse. Puis nous prenons au plus court, mais quand même très enneigé pour rejoindre les Estables en passant au pied du Pic des Coux et du Mont Gerbier de Jonc (sommet 1551 mt). Pour la trace nous passons chacun à tour de rôle pour ne pas trop s’entamer. Arrivée à la voiture du jeune retraité ensevelie sous la neige vers 16h.
A cause de la route très enneigé, une décision difficile à prendre est envisagée, sois coucher à nouveau ici ou entamer la redescente. Nous optons finalement pour rentrer dans nos maison mais la route n’est pas bonne et arrivé au Monastier sur Gaseille, impossible ni d’avancer ni reculer (pas de pneu neige, pas de pelle, pas de chaines) des vrais gamins quoi ! On comptait sur le gamin pour l’équipement de sa voiture, mais non... il va falloir le mettre au plis !
Heureusement nous trouvons un gîte à deux pas et repartons le lendemain, après que la neige ai beaucoup fondue grâce (ou à cause) de la pluie et du redoux.
Une bonne plâtrée de trippes chez l’ami Gérard et nous voila de retour dans notre Plaine.

Pappy